IMG 3729 - Poulet Gaston Gérard

Poulet Gaston Gérard

Voilà une recette bien de chez moi, que je n’avais pas encore eu l’occasion de vous partager ! Le poulet Gaston Gérard est un plat traditionnel de cuisine bourguignonne, à base de poulet et de moutarde de Dijon, baptisé du nom de Gaston Gérard, ancien politicien député maire de Dijon, entre 1919 et 1935.

Cette recette est créée accidentellement pour la première fois, en 1930, par Reine Geneviève Bourgogne, première épouse de Gaston Gérard, député maire de Dijon, pour leur invité, le « prince des gastronomes », Curnonsky, gastronome, humoriste et célèbre critique culinaire français de cette époque.

Alors qu’elle prépare un poulet à sa façon, à leur domicile de la rue du Petit-Potet, à Dijon, un incident en cuisine manque de compromettre le repas et la réputation de bonne cuisinière de l’hôtesse. Elle échappe un pot de paprika dans la cocotte de sa préparation. Pour tenter de corriger l’incident, elle ajoute du vin blanc de Bourgogne, de la crème fraîche et du comté râpé. La recette plait à leur hôte et critique gastronomique illustre, qui félicite la maîtresse de maison pour cette recette qu’il trouve fort à son goût et qui la baptise du nom de son hôte1. La recette est devenue depuis un classique de la cuisine bourguignonne. (Source : Wikipedia)

Ici j’ai fait une version en petite quantité avec uniquement des blancs de poulet, mais vous pouvez prendre le poulet entier, ou les morceaux de votre choix.

 

4.38 de 8 votes
IMG 3729 - Poulet Gaston Gérard
Poulet Gaston Gérard
Préparation
1 h
Cuisson
54 min
Total
1 h 54 min
 
Quantité: 6 personnes
Ingrédients
  • 1 poulet de Bresse (2Kg environ)
  • 40 cL de vin blanc sec
  • 250 g de crème fraîche épaisse
  • 150 g de comté râpé
  • 1 c. à café de maïzena
  • 2 c. à soupe de moutarde de Dijon
  • 1 branche de thym
  • Huile d'olive
  • Paprika doux
  • Sel, poivre
Instructions
  1. Faire dorer le poulet coupé en morceaux puis saler, poivrer, ajouter le thym et le vin blanc. 

  2. Laisser cuire à feu doux 3/4 d'heure en remuant de temps en temps.

  3. Dans un plat allant au four disposer les morceaux poulet égouttés à l'aide d'une écumoire, et maintenir au chaud à 100°C (thermostat 3-4).

  4. Pendant ce temps, délayer la maïzena dans un peu d'eau froide, et incorporez-la à la sauce.

  5. Au premier bouillon, jeter en pluie le comté râpé, tourner afin d'obtenir un mélange coulant, ajouter la cuillère de moutarde forte, la crème, quelques pincées de paprika doux. Saler / poivrer à votre goût, mélanger et napper les morceaux de poulet.

  6. Mettre 10 min sous le gril du four.

7 comments

    1. Merci beaucoup ! Oui je confirme, je ne dis pas ça (seulement) parce que c’est une recette de chez moi, mais c’est un régal !

  1. point 4 : c’est pas clair ; vous parlez de sauce, j’ai relu les ingrédients sans trouver de sauce alors j’ai compris que c’était “le jus de cuisson”
    PS : Maïzena ® est une marque, pas un produit.

    1. Ahhh vos commentaires aigris me manquaient, je me demande toujours pourquoi vous persistez à venir aussi régulièrement sur mon blog si c’est pour critiquer à chaque fois. Ce ne sont pas les blogs culinaires qui manquent donc par pitié, trouvez-en un qui vous plaise, et occupez vous l’esprit à des activités plus saines que la médisance, tout le monde y gagnera !

      Pour répondre à vos questions :
      Point 4 : si vous lisez correctement les étapes dans l’ordre vous verrez qu’au jus de cuisson, j’ai ajouté à l’étape 1 sel, poivre, aromates et vin blanc, ce qui donne… une sauce !
      Et pour la maïzena, oui je sais bien que c’est une marque, mais en quoi cela m’interdit de l’utiliser dans mes recettes ? Vous êtes sans doute de ceux qui ne boivent pas un Coca, mais un soda aux extraits de caféine. Vous n’utilisez pas votre klaxon en cas de danger mais votre avertisseur sonore automobile. Pas de scotch sur votre bureau mais du ruban adhésif transparent… La mention d’un K-way ou d’un escalator doit vous poser plus de difficultés… Sincèrement je vous plains d’avoir un esprit aussi étriqué au quotidien, cette frustration permanente s’en ressent dans chacun de vos commentaires.

  2. Félicitations pour votre mise au point concernant le post de “carrara” !
    Votre texte est intelligent et montre bien à quel point ce “carrara” ferait mieux de rester de marbre plutôt que d’encombrer un blog culinaire de commentaires acides, ce qui n’est jamais l’idéal pour une bonne digestion.
    Je découvre votre blog et cette recette que je vais essayer. Merci pour les explications claires permettant de la réaliser.

    1. Merci beaucoup ! Je commence à être habituée, ce n’est pas la 1ère fois, et il/elle sévit sur plein d’autres blogs culinaires. C’est bien simple, je n’ai jamais vu un commentaire positif de sa part. J’accepte volontiers les critiques, mais encore faut-il qu’elles soient constructives. Là ce n’est que de la méchanceté gratuite, donc je me fais un plaisir à chaque fois de mettre les choses au point, au nom de toutes les personnes qu’il/elle enquiquine au quotidien. Mon blog existe depuis 2014, même s’il n’est sans doute pas parfait, je pense qu’avec 600 visites/jour je n’ai plus rien à prouver. En revanche je trouve déplorable que ce type de commentaire puisse être posté sur des blogs de débutants, certainement pleins de bonnes idées, au risque de les décourager ou leur faire perdre confiance en eux.

Écrire un commentaire